Pour la FEPS, l’initiative Ecopop fait fausse route

Pour la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), l’initiative Ecopop propose une solution factice à un problème mal posé. Maladroites et inefficaces, les politiques proposées ne sont en outre pas compatibles avec une vision chrétienne de la patrie. La FEPS rejette donc le texte en votation le 30 novembre. Elle détaille sa position en cinq points dans un dépliant qui peut être commandé ici.

Cinq raisons de rejeter l’initiative Ecopop :

1. Dans une perspective biblique, la Terre appartient à Dieu qui l’a créée, l’être humain n’en dispose qu’en prêt. Avoir une patrie, une terre à laquelle chacun se sent appartenir, est donc un don, et non pas un acquis. La rigidité du contrôle de l’immigration tel que le propose Ecopop ne fait que protéger les privilèges de quelques-uns, une attitude incompatible avec cette vision chrétienne du don, estime le Conseil de la FEPS dans sa prise de position « La patrie en cadeau » sur l’initiative populaire fédérale « Halte à la surpopulation –Oui à la préservation des ressources naturelles » (Ecopop).

2. Ecopop n’a d’écologique que le nom : pour préserver la Terre qui nous a été confiée, ce sont avant tout nos habitudes de consommation qui doivent changer et ce au niveau de la planète. Proposer la fermeture des frontières ne fait que détourner notre regard de cette question vitale.

3. La proposition d’Ecopop d’investir 10% des fonds d’aide au développement à la limitation des naissances seulement, au détriment des programmes globaux de lutte contre la pauvreté, est inefficace. Une politique de planning familial n’a de succès que si elle s’inscrit dans une politique de renforcement des droits et de l’amélioration de la qualité de vie, en particulier des femmes et des mères.

Rejeter Ecopop pour préserver la cohésion nationale

4. La FEPS note aussi dans sa prise de position que le repli sur soi influence aussi la capacité à accepter l’autre, différent de soi, à l’intérieur-même des frontières. De ce fait, la tendance à l’isolationnisme pèse sur la cohésion nationale, alors même que la Suisse vit aujourd’hui plutôt bien son unité dans la diversité.

5. Enfin, en mettant en péril l’accueil des personnes persécutées, une valeur pour laquelle la Suisse s’engage depuis le 19e siècle, Ecopop porte atteinte à la dignité humaine. L’initiative porte ainsi atteinte au droit à la vie de famille et à la mise en œuvre de la convention de Genève. Or pour la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, la dignité humaine n’est jamais négociable.

Le dépliant de présentation des arguments de la FEPS peut être commandé ici :
La position du Conseil de la FEPS « La patrie en cadeau » peut être téléchargée ici