« No Billag » coupe la parole aux minorités

La Fédération des Églises protestantes de Suisse rejette l’initiative « No Billag ». Une Suisse démocratique a besoin de médias de service public, qui assurent une couverture médiatique plurielle et donnent une voix aux minorités ainsi qu’aux plus faibles.

La Fédération des Églises protestantes de Suisse s’engage en faveur d’une offre médiatique qui reflète toute la diversité des opinions et des régions linguistiques, et qui tient aussi compte des intérêts des minorités et des plus faibles. Une telle offre est indispensable pour que les Suisses puissent se faire une image objective de leur pays. Elle permet de faire vivre notre démocratie. Et c’est pour cette raison qu’un service de chaînes publiques a été mis en place.

La télévision et la radio doivent être en mesure d’assurer une couverture médiatique équilibrée, qui reflète la diversité des opinions. La Fédération des Églises protestantes de Suisse rejette toutes les initiatives qui cherchent à couper la parole aux minorités et aux groupes de population les plus faibles. Si on laisse jouer les seules forces du marché, si la radio et la télévision ne sont plus soutenues de façon solidaire par l’ensemble de la population, ces minorités n’auront plus de voix. Leur point de vue ne sera alors plus représenté que s’il est financièrement rentable.

Le président de la FEPS, Gottfried Locher, abonde dans ce sens : « Les émissions religieuses de la radio et de la télévision véhiculent des valeurs chrétiennes. Si l’initiative ,No Billag’ est acceptée, l’Église perdra une voix qui compte. »