Conférence Femmes

En marche vers l’égalité entre femmes et hommes

Lors de sa journée du 24 octobre, la Conférence Femmes de la FEPS s’est penché sur la situation de l’égalité entre femmes et hommes dans les Eglises protestantes en Suisse. Si l’égalité n’est pas remise en cause formellement, il reste encore beaucoup à faire pratiquement, ont noté les quelque 30 déléguées réunies à Berne. Ces dernières années, le nombre de femmes à des postes à responsabilité a même diminué.

Les métiers dans l’Eglise restent marqués par des stéréotypes et des représentations genrées des rôles, a souligné Sabine Scheuter, présidente de la Conférence Femmes, dans son exposé. Les femmes sont surreprésentées parmi les catéchètes ou les bénévoles alors que dans les synodes ou les directions d’Eglises, elles n’occupent que 30% à 40% des postes. De surcroît, alors qu’on comptait en 2006 huit femmes présidentes d’Eglises, elles ne sont plus que trois en 2016.

Sabine Brändlin, responsable du bureau de l’égalité entre femmes et hommes de l’Eglise réformée du canton d’Argovie a de son côté relevé quelques pas en arrière : ainsi des organes ou des postes pour favoriser l’égalité entre femmes et hommes créés dans les années 80 sont aujourd’hui supprimés, pour des raisons de coûts ou parce que l’on estime que le sujet est devenu moins brûlant.

Ces phénomènes ne sont pas propres à l’Eglise mais se retrouvent dans d’autres domaines. En outre, la jeune génération ne se sent plus forcément concernée par le sujet. « Il faut encore et toujours rendre attentifs au fait que l’égalité n’est pas atteinte », ont estimé les intervenantes au débat Flurina Derungs, Laura Klingenberg, Miriam Neubert, Esther Straub.

Partie administrative

Quel est le rôle de la Conférence Femmes? Quelle direction doit-elle prendre ? Ces questions ont occupé les déléguées durant la partie administrative de la conférence. Les participantes ont estimé que la Conférence a plus que jamais des raisons d’être. Son rôle de pôle d’information et de formation est reconnu et apprécié. Les déléguées ont toutefois souhaité que la Conférence joue un rôle plus explicite dans la politique d’Eglise et prenne position plus souvent. La Conférence Femmes souhaite ainsi qu’un paragraphe sur l’égalité des sexes figure dans la Constitution révisée de la FEPS.


La Conférence Femmes, fondée le 7 juin 1999, se compose de 45 membres disposant du droit de vote, et provenant de divers domaines, comme les Femmes protestantes en Suisse FPS et la communauté d’intérêts des théologiennes féministes. La Conférence Femmes, lieu d’échange et de connexion pour les organisations qui y sont réunies, traite de thèmes ecclésiaux et de politique sociale du point de vue des femmes. Elle transmet thèmes et demandes à la Fédération des Églises et les met en œuvre dans la politique ecclésiale.

L’entretien de contacts, notamment dans le cadre de l’Église universelle et de l’œcuménisme, constitue un but important pour la Conférence Femmes. La Conférence Femmes est représentée à l’Assemblée des délégués de la Fédération des Églises par deux femmes.

» Lignes directrices de la Conférence Femmes
» Règlement pour les conférences de la Fédération des Églises