Arménie

CC/Shaun Dunphy

Depuis longtemps déjà, le Conseil de la FEPS, d’accord avec le Conseil œcuménique des Églises et la Conférence des Églises européennes, soutient les efforts visant à la reconnaissance officielle du génocide arménien. Le Conseil de la FEPS a pris plusieurs fois publiquement position sur la question. Il a en particulier publié, avec la Conférence des évêques catholiques romains de Suisse CES et l’Église catholique chrétienne, un Mémorandum en 2003, peu avant que le Conseil national ne débatte et au final n’approuve la reconnaissance du génocide arménien.

Les Églises et paroisses suisses ont soutenu les Arméniennes et Arméniens dans l’est de la Turquie depuis le début des persécutions. Plusieurs d’entre elles ont été très actives dans l’accueil de centaines de réfugiés arméniens en Suisse romande après le génocide. Aujourd’hui encore, des liens d’entraide sont maintenus en faveur de descendants de réfugiés arméniens, en particulier en Grèce au travers de la Fondation Armenofas, dans laquelle siègent deux représentants de la Fédération.

Ce génocide a touché également la population assyrienne de la Turquie de l’époque. Ceci n’a pas obtenu jusqu’à ce jour la même reconnaissance politique. La Fédération est en contact régulier avec des organisations de défense des intérêts assyriens et s’engage dans la défense de leurs droits, comme dans le cas du Monastère Mor Gabriel dans l’est de la Turquie.