Diaconie

La diaconie est l’engagement solidaire des Églises et des œuvres au sein des communautés chrétiennes et de la société. La diaconie est attentive aux besoins des personnes et populations marginalisées et cherche à agir en conséquence. Alors que la cause de mettre en évidence des diverses formes d’exclusion, elle encourage également l’ensemble des acteurs à rétablir la justice et la paix sociale. La diaconie est pratiquée dans les institutions diaconales, les communautés religieuses et aussi de façon immédiate dans les paroisses. Elle engage l’Église à prendre le parti des personnes en marge de la société suisse et celles dont la dignité est bafouée. La diaconie puise sa motivation dans l’action de Jésus Christ qui disait de lui-même de ne pas être venu « pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude » (Mc 10,45 ; Mt 20,28). L’expression « diaconie » renvoie au grec « diakonein », servir. La diaconie est la concrétisation de l’amour de Dieu pour les humains et fait partie de la mission générale de l’Église, au même titre que le culte et la prédication.

La diaconie assure le lien indissociable entre la Parole et l’action. Elle est une participation à la construction de la cohésion sociale par le geste et la prière : «Que ton règne vienne…»

D’autres textes du Nouveau Testament sont fondateurs pour l’action sociale des Églises. Ils traduisent tous la notion du service dans l’amour du prochain par lequel se concrétise le commandement de la suivance du Christ :

«Si quelqu’un veut me servir, qu’il se mette à ma suite, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur.» (Jn 12,26).

«…, si quelqu’un veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur.» (Mt 20,26)

«Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger et vous m’avez recueilli ; nu, et vous m’avez vêtu ; malade, et vous m’avez visité ; en prison et vous êtes venus à moi. (…) En vérité je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à un de ces plus petits, qui sont mes frères, vous l’avez fait à moi.» (Mt 25, 35-40).

Aussi la parabole du « bon » samaritain (Lc 10,29-37) est un exemple célèbre de la concrétisation de l’amour du prochain.