ref-credo.ch

CR 7 : Berner Thesen

En allemand ancien

  1. Die heilig Christenlich Kilch, deren einig houpt Christus, ist us dem wort Gots geborn, im sel­ben belibt sy und hoeret nit die stimm eines froembden.
  2. Die Kilch Christi machet nit gesatz und bott on gottes wort. Deszhalb all menschen satzungen, so man nempt der Kilchen pott, uns nit wyter bindent, dann sy in goettlichem wort gegründt und potten sind.
  3. Christus ist unser einige wyßheit, gerechtigkeit, erloesung und bezalung für aller wellt sünd. Deßhalb ein andern verdienst der saeligkeit un gnueg thuon für die sünd bekennen, ist Chri­stum verleugnen.
  4. Das der lyb und das bluot Christi waesenlich und liblich in dem brot der Dancksagung empfan­gen werde, mag mit Biblischer geschrifft nit bybracht werden.
  5. Die Maess, jetz im bruch, darin man Christum Gott, dem vatter für die sünd der laebendigen und todten uffopfere, ist der geschrifft widrig, dem aller heiligosten opffer, liden und sterben Christi ein lesterung und umb der mißbrüchen willen ein grüwel vor Gott.
  6. Wie Cristus ist allein für uns gestorben, also sol er ein einiger mitler und fürsprech zwüschen Gott, dem vatter, und uns gloeubigen angeruefft werden. Deszhalb all ander mittler und für­sprechen uszerthalb disem zyt anzerueffen, von uns on grund der geschrifft usfgeworffen.
  7. Das nach disem zyt dhein Faegfhür in der gschrifft erfunden wirt. Desshalb all todten dienst als Vigill, Seelmaess, Seelgraet, Sibend, Triszgost, Jarzit, amplen, kertzen und der glichen vergeblich sind.
  8. Billder machen zuo vererung, ist wider Gottes wort nuews und alts Testaments. Deszhalb wo sy in gefar der vererung fürgestellt, abzethuond syend.
  9. Die heilig Ee ist keinem stand verbotten in der gschrifft, sunder huory und unküscheit zever­miden allen staenden potten.
  10. Diewyl ein offenlicher Huorer nach der geschrifft im waren Bann, so volget, das unküscheit und huory der ergernuss halb keinem stand schaedlicher dann priesterlichem.
  11. Alles Gott und sinem heiligen wort zuo eren.

 

En français moderne

  1. La Sainte Eglise chrétienne, de qui Christ est le seul chef, est née de la Parole de Dieu, elle y demeure, sans ouïr la voix d’un étranger.
  2. L’Eglise de Christ ne fait aucune loi ni statut sans la Parole de Dieu. C’est pourquoi toutes les ordonnances humaines qu’on appelle les commandements de l’Eglise n’obligent notre conscience que pour autant qu’elles sont fondées dans la Parole de Dieu ou commandées par elle.
  3. Christ seul est notre sagesse, justice, rédemption et le prix pour les péchés du monde entier. C’est pourquoi ceux qui admettent un autre mérite pour obtenir le salut ou une autre satisfaction pour les péchés renient le Christ.
  4. On ne peut prouver par aucune écriture de la Bible qu’on mange matériellement le corps et le sang de Christ dans le pain de l’action de grâce.
  5. La messe, comme on la célèbre aujourd’hui, comme si en elle Christ était offert à Dieu le Père pou les vivants et les morts, est contraire à la Sainte Ecriture, blasphème contre la très sainte oblation, c’est-à-dire contre la passion et la mort de Christ, et, pour cet abus, elle est abomination devant Dieu.
  6. De même que seul Christ est mort pour nous, ainsi il est seul médiateur et avocat entre Dieu le Père et nous les fidèles qui doive être invoqué. C’est pourquoi sont rejetés tous les autres médiateurs ou avocats qu’on invoque hors de ce monde, sans aucun fondement de la sainte écriture de la Bible.
  7. Il ne se trouve hors de cette vie aucun feu de correction ou purgatoire en toute la Bible; ainsi, tout service des morts, comme vigiles, messes des trépassés, remèdes du septième et du trentième jour, lampes, torches et choses semblables sont vains.
  8. Faire quelqu’image pour l’adorer est contraire à la Parole du Vieux et du Nouveau Testament; c’est pourquoi, quand il y a danger qu’on les adore, il faut les ôter.
  9. Le mariage n’est défendu par la Sainte Ecriture à aucun état, mais la paillardise et l’adultère sont défendus à tous, de quelque état qu’ils soient.
  10. Puisque selon la Sainte Ecriture l’adultère public est véritablement excommunié, il s’ensuit que l’adultère et la paillardise n’est plus nuisible à aucun état qu’à celui du prêtre, à cause du scandale.
  11. Tout à la gloire de Dieu et de sa très sacrée Parole.