bulletin 2/2014

Un sac à main, symbole du jubilé de la Réforme

Par Daniel de Roche, responsable du jubilé de la Réforme au sein du Conseil de la FEPS.

Sur le chemin du futur, il est des choses tellement visibles qu’elles n’échappent à personne. Il en va ainsi du jubilé de la Réforme. Et parfois, ce sont les petites choses qui symbolisent de tels événements, des choses aussi insignifiantes qu’un sac à main.

C’est arrivé le 8 octobre 2013, lors d’une soirée culturelle très distrayante au temple Saint- Pierre de Zurich, dans le cadre du Congrès international destiné à préparer le jubilé de la Réforme. J’étais assis au même rang que Margot Kässmann, ambassadrice de l’année de la Réforme en Allemagne. Durant la pause, Mme Kässmann a laissé son sac à main, de la taille d’une petite valise, devant sa chaise, si bien que toutes les personnes de sa rangée ont dû franchir cette pierre d’achoppement pour se rendre à la pause.

Ce pas est devenu un symbole pour moi : la Réforme a commencé en Allemagne mais ses répercussions se ressentent dans le monde entier. L’Allemagne et Luther sont des éléments incontournables lorsqu’on réfléchit à la Réforme et qu’on la commémore. Pourtant, les femmes et les hommes s’en réclamant ont parcouru leur chemin en toute autonomie. C’est notamment le cas en Suisse, le congrès mentionné précédemment l’a bien montré : la Réforme suisse a progressé parfois dans la foulée de la Réforme allemande, parfois contre elle et parfois sans en tenir compte. Pourtant, l’affichage de ses thèses par Luther, en 1517, reste une référence incontournable. On peut sans doute l’enjamber ou surenchérir, mais en aucun cas l’ignorer. Au même titre que le sac à main de Margot Kässmann, le jubilé des 500 ans de la Réforme est un événement incontournable sur le chemin du futur.

Un travail de conviction

La FEPS commémore ce jubilé avec ses Eglises membres, le monde politique, les milieux culturels et toutes les personnes intéressées. Elle considère l’événement non comme un boulet ou un obstacle, mais comme l’occasion de mener, avec toutes les personnes intéressées par la foi chrétienne, une réflexion sur les racines de notre foi et de les commémorer dans un esprit festif.

La réflexion sur le jubilé a pris d’abord des allures d’affirmation de soi de la part des protestants dont l’identité tend à s’effriter. En s’engageant sur une telle voie, le jubilé serait devenu un événement tourné vers le passé. Or, il n’en est rien : cette commémoration est un événement qui permet à la fois de fortifier et de fêter la foi en Jésus-Christ. C’est l’occasion de montrer à quel point la foi protestante est vivante, dans la mesure où dans toute l’Europe, les célébrations permettront d’aiguiser la prise de conscience du grand public pour la Réforme.

Certaines Eglises cantonales se sont immédiatement déclarées prêtes à monter dans le train en marche. Ainsi, l’Eglise zurichoise a reconnu à un stade précoce qu’une telle occasion était unique et elle a réservé des ressources tant personnelles que financières pour commémorer la Réforme à Zurich. Cette Eglise est par conséquent un partenaire essentiel de la FEPS sur la voie des célébrations de 2017.

D’autres Eglises estiment que leur anniversaire local de la Réforme est encore trop éloigné dans le temps pour s’associer à des festivités à vocation mondiale. En fin de compte, le congrès de préparation qui a eu lieu à Zurich en 2013 a largement contribué à faire de la commémoration de 2017 une occasion bienvenue d’évoquer la foi chrétienne en Suisse. Les institutions hôtes du congrès − la FEPS, l’Eglise évangélique d’Allemagne et l’Eglise zurichoise − avaient accueilli plus de 200 personnes du monde entier à cette occasion.

« R » comme image de marque

La FEPS souhaite placer la communication du jubilé sous le signe de la modernité, de la diversité et de la couleur. L’événement a une portée nationale et on l’a doté d’un logo simple, clair et immédiatement compréhensible : un R percutant et sûr de lui. Signe vivant, il condense les diverses facettes de la Réforme. Pour la première fois, la Suisse protestante est parvenue à rallier toutes les Eglises cantonales en définissant des déclinaisons cantonales de ce logo qu’elles peuvent utiliser si elles le souhaitent. Le logo de la Réforme est chez lui dans toute la Suisse.

Le R de couleur verte est disponible en version à fabriquer soi-même et beaucoup l’ont déjà fait. Le R symbolise l’état de la Réforme d’aujourd’hui : chaque lieu, chaque paroisse est invitée à utiliser la variante de base et à la doter de contenus qui lui sont propres. Le carton, l’aluminium et la tôle ne seront toutefois pas les seuls supports du R et de la communication de la Réforme : plusieurs versions électroniques sont en cours d’élaboration, notamment des applications pour smartphones.

Nos thèses pour l’Evangile en fil conducteur

Entre janvier 2015 et juin 2016, tous les groupes intéressés dans les paroisses et les Eglises seront invités à formuler leurs propres thèses sur la foi chrétienne. La FEPS synthétisera les résultats de ce processus ascendant et rédigera des thèses « enracinées ». Ensemble, les protestantes et les protestants de Suisse écriront le message des chrétiens suisses à l’occasion du jubilé de la Réforme en 2017. Ce message, qui sera publié en novembre 2016, permettra d’inaugurer l’année de commémoration.

Trois manifestations sont prévues pour 2017 : une cérémonie de réconciliation oecuménique autour de Pâques, une manifestation nationale, culturelle et politique au milieu de cette année, puis une manifestation de clôture décentralisée dans les cantons. Tous ces événements seront l’occasion de rappeler la portée de l’Evangile aujourd’hui, dans la vie de l’Eglise et dans la société.

Une fête sans frontières

Nous voulons profiter des manifestations et des campagnes relatives au jubilé pour mettre en évidence tout particulièrement la contribution des femmes, des jeunes et des oeuvres d’entraide en faveur d’un monde meilleur. Ainsi, nous organiserons une manifestation spécifiquement destinée à la jeunesse. Les femmes seront représentées dans tous les organes et à tous les niveaux hiérarchiques, où elles participeront aux prises de décisions et aux travaux de conception. Quant aux oeuvres missionnaires et d’entraide de nos Eglises, elles définiront ensemble un projet de collecte qui illustre le combat des protestants pour un monde plus juste. Une manière d’exprimer en 2017 en Suisse l’enracinement de la foi en Jésus-Christ en paroles, par la célébration et en actes.

Aux cours des récentes années, la FEPS a longuement planifié, réfléchi et préparé, conjointement avec les personnes qui représentent les Eglises membres suisses et les Eglises issues de la Réforme des pays voisins. Ce processus nous a rapprochés et nous a permis d’apprendre les uns des autres ; autant de raisons qui justifient à elles seules la commémoration de la Réforme. Fêter ensemble nous rapprochera encore davantage.